Prendre mieux soin de nos aînés

Prendre mieux soin de nos aînés

À une époque où les personnes âgées avaient le plus besoin de notre protection, leur pays les a laissé tomber.

C'est déchirant et c’est une tragédie qu'ils aient été exposés à un virus dont ils ne pouvaient pas se défendre.

En tant que premier ministre, je veillerai à ce que nous apprenions sur ce virus le plus rapidement possible. Nous ne pouvons pas attendre qu'une commission royale obtienne des réponses. Nous devons déplacer ciel et terre dès maintenant afin que nous soyons prêts si un autre virus atteignait nos côtes. Ma priorité est toujours la santé et la sécurité des Canadiens et surtout des plus vulnérables. Les personnes âgées doivent être protégées où qu’elles vivent. Une approche consistant à donner aux aînés toutes les possibilités de rester chez eux le plus longtemps possible si c'est ce qu'ils veulent.

Cela signifie leur donner plus d'accès aux soins de santé à domicile.

Je propose d’améliorer le crédit aux aidants naturels et le crédit d’impôt pour personnes handicapées pour les personnes de plus de 65 ans. Un gouvernement conservateur national que je dirigerais évaluera la possibilité de rendre ces crédits d’impôt remboursables et donc plus accessibles aux personnes âgées à faible revenu.

Je propose également que les aînés puissent déduire de leurs impôts les dépenses qui leur permettent de vivre en sécurité chez eux.

Je travaillerai également avec les provinces pour augmenter le financement des soins à domicile. Je ne vois pas cela comme un coût mais comme un investissement qui réduit le coût des soins hospitaliers et en institution tout en améliorant la qualité de vie des personnes âgées.

Je travaillerai également avec les gouvernements provinciaux et territoriaux pour établir des normes de soins pour les foyers pour personnes âgées au Canada.

La COVID-19 a épuisé les comptes d'épargne et de retraite de nombreux aînés. Il y a quelques mois, j'ai proposé d'assouplir l'obligation pour les aînés de retirer de l'argent de leurs fonds enregistrés de revenu de retraite (FERR) alors que les marchés financiers étaient au plus bas. Le gouvernement libéral a offert un soulagement symbolique. Je propose que l'exigence de retrait d'un FERR soit suspendue pendant deux ans.

Je propose également de permettre aux aînés de retirer jusqu'à 10 000 $ d'un FERR en franchise d'impôt pour les deux prochaines années. En tant que Premier ministre, je lancerai le premier examen complet de notre régime fiscal depuis plus de 50 ans. Une partie du mandat de cet examen consistera à déterminer si les retraits forcés des FERR peuvent être considérablement différés pour donner aux aînés plus de contrôle sur leur argent.

Les aînés ont bâti ce pays et je ne les laisserai pas tomber lorsqu'ils en ont le plus besoin.